Revue de presse

Type de document : Article
La rédaction

Soins du corps, respect de la dignité

Nathalie St Germain, propriétaire du salon Horizon, a offert deux journées entières de coupes et de mises en plis aux femmes démunies et itinérantes de l’organisme La rue des femmes.

« L’idée part de loin. Je parlais, à l’extérieur, avec une cliente qui venait de se faire coiffer ; une jeune femme qui paraissait démunie passait avec son petit garçon. Celle-ci trouvait la cliente bien coiffée et l’enviait. Si elle avait de l’argent, elle aurait bien aimé se faire coiffer. Cette situation m’a fait réfléchir sur l’influence de la beauté de la femme. C’est là que j’ai allumé. » dit Nathalie (…) 23 femmes ont bénéficié de coupes et de mises en plis. (L’itinéraire, 7/02)

Les bébés d’immigrants arrivés à bord de pateras sont convoités par des dizaines de couples qui cherchent à adopter un enfant. (…) La police d’Algésiras a transmis plusieurs rapports au juge des mineurs de Cadix et au gouvernement autonome d’Andalousie, dans lesquels elle met en garde contre le no man’s land juridique dans lequel évoluent les enfants et leurs parents arrivés en Espagne par patera. (…) Il n’y a pas de preuves de l’existence d’un trafic, simplement des soupçons et un flou absolu sur le rôle de ceux qui sont chargés de veiller sur les bébés.

A leur arrivée en Espagne, mères et enfants n’ont pas de papiers et personne ne vérifie les liens de parenté. Un beau jour les mères décident de repartir avec leur enfant. Beaucoup d’entre elles atterrissent à Madrid où elles finissent par se prostituer. (La Vanguardia, extrait du Courrier international, 17-23/09/02)

A l’époque où les pharaons érigeaient des pyramides dans le désert égyptien (…), les nomades venaient à Shishmaref (Alaska) pour chasser le caribou. (…) Les chercheurs pensent que ces nomades sont les premiers Américains. Leurs descendants actuels s’apprêtent à devenir des réfugiés car leur village est en train d’être submergé à cause du réchauffement de la planète. (…) Encore un ou deux coups de vent et c’est l’île tout entière qui pourrait être inondée. (…) En Alaska, les signes du réchauffement sont omniprésents. Le volume de glace polaire a diminué de 15% et à certains endroits, son épaisseur est passée de 3 mètres à moins de 2 mètres. La fonte de la glace entraîne la diminution des ressources de base - baleine, phoque, morse et gibier d’eau, et même ours polaire. Tous les dix ans, les glaciers reculent de 15 % et leur épaisseur diminue de moitié. (The Independent, extrait du Courrier international, 10-16/09/02)

Ainsi un homme, armé d’une pelle et d’une pioche, a creusé la tombe de sa femme (le Monde, 26 août). Cela s’est passé dans un village au nom pourtant joli, Douville, dans l’Eure. En France, en 2002.

Ne pouvant payer les frais d’obsèques que la mairie a par ailleurs refusé de prendre en charge le malheureux veuf, le doublement infortuné s’est donc résolu à l’inacceptable.

Le maire justifie son refus, au demeurant illégal, par le souci purement pédagogique, nous dit-on, de « faire prendre conscience à son administré que sa mentalité d’assisté ne pouvait être prise en compte en n’importe quelle circonstance. » S’il y a pourtant une circonstance devant laquelle tout se tait, c’est bien la mort. S’il fallait prêter assistance une seule fois à Pierre Collier dans sa douloureuse vie, c’était bien aujourd’hui. (…) Hassan Bahsoun, Dakar, au courrier des lecteurs (Le Monde, 10/09/02)

  • La santé des mineurs incarcérés

Eric Durand a été médecin chef des maisons d’arrêt de Fleury-Mérogis jusqu’en décembre 2001. (…) Je voudrais dire que depuis le débat sur la délinquance des mineurs, je suis étonné que le mot « enfant » ne soit jamais utilisé. (…) Il est très rare qu’ils aient une demande spontanée envers les soignants. Ils n’ont même pas l’impression d’aller mal quand pourtant ça va mal pour eux. (…) On a l’impression que ces jeunes ont tout à apprendre. Je me rappelle d’une séance d’éducation à la santé à Fleury. Il a fallu expliquer pourquoi manger des pizzas tous les soirs, ce n’est pas bon pour la santé. (Libération, 30/08/02)

C’est un fait méconnu mais l’Iran est aujourd’hui le premier pays d’accueil de réfugiés au monde. Ainsi, depuis plus de vingt ans, 2,5 millions d’Afghans y ont trouvé asile. Si la société iranienne a su, au début, faire preuve de solidarité en permettant aux Afghans de s’intégrer dans l’économie et la vie du pays, il n’en reste pas moins un envers du décor. Installés pour la plupart en périphérie des grandes villes, les réfugiés afghans occupent les emplois les plus mal payés et les plus durs. (…) Les plus vulnérables d’entre eux vivent souvent à dix ou plus dans une seule pièce ou dans des abris de fortune. Ils sont par ailleurs totalement exclus du système de santé. (Médecins sans frontière infos, 10/02)

Le ministère de la Santé accuse l’ex-président Alberto Fujimori d’avoir fait stériliser de force plus de 200 000 personnes entre 1996 et 2000. (…) Le rapport dénombre 215 227 femmes et 16 547 hommes. La plupart sont des Indiens pauvres de zones rurales. Parmi les 507 témoignages recueillis, 10% ont reconnu avoir accepté la stérilisation en échange de nourriture et de soins médicaux. D’autres affirment avoir été menacés. (…) L’ex-président Fujimori, qui a fui au japon en 2000, poursuivi pour corruption, a toujours affirmé que ce programme visait à combattre la pauvreté sans recourir à la contrainte. Mais dès 1999, la commission aux droits de l’homme affirmait que « la plupart des femmes dont beaucoup ne parlent que les langues indiennes ne sont pas informées du fait qu’il s’agissait d’une intervention irréversible. » (La Croix, 26/07/02)

Pour citer cet article :

La rédaction. «Soins du corps, respect de la dignité». Revue Quart Monde, N°184 - La santé pour tous : pour quand ?Année 2002Revue Quart Monde
document.php?id=2451