Le Mouvement
ATD Quart Monde



  Éditions Quart Monde
  33, rue Bergère
  75009 Paris
  Tel : 01 42 46 41 44
  Fax : 01 48 00 06 02
Contact mail

Comment Petit Jean trompe la mort

Les enfants de la cité Hyacinthe et Claire LHERMEY (ill.)
vendredi 6 juin 2008

Conte illustré, à partir de 8 ans.

Petit Jean, grâce à sa bonté et sa malice, parvient à retarder sa mort et plus encore.
Un conte illustré écrit en créole et en français par les enfants de l’île de la Réunion.

Petit Jean est un jeune garçon pauvre qui pense que la vie est trop courte pour ne pas en profiter.
Un jour où il est en train de manger un « carri pois » (un plat créole de gros haricots) un vieil homme arrive chez lui ; Petit Jean lui propose de partager son plat.
L’homme lui dit par la suite qu’il est le Bon Dieu et que pour le remercier il va lui bénir trois choses : son jeu de cartes, le petit banc et le manguier.

Lorsque la mort vient frapper à la porte de Petit Jean, les trois objets bénis lui sauvent la vie trois fois. Mais ces trois objets ne peuvent servir qu’une fois et lorsque la mort revient…

Ce livre bilingue - à une période où le créole n’était pas reconnu comme langue - est le premier qu’ont écrit les enfants de la cité Hyacinthe à la Réunion. C’est leur version d’un conte traditionnel.

L’adaptation française tente de conserver, non seulement le charme de la langue créole, mais aussi la fraîcheur et la vivacité dont ont fait preuve les jeunes conteurs.

Editions Quart Monde - 1985 - 39 p. - 1,50 €

Commander ce livre

imprimer article | envoyer l'article à un ami

Sur le même thème

Thème : Afrique

Est-ce ainsi que des familles vivent ?
Des familles très pauvres d’Europe, d’Amérique, d’Asie et des jeunes d’Afrique acceptent de retracer leur histoire sur plusieurs générations.

Naître en terre rouge
A Madagascar, une femme enceinte et pauvre quitte son village pour aller vendre ses mandarines au marché. Sur le point d’accoucher, elle vit sa journée dans la hantise d’une mise au monde (...)

D’une terre que l’on disait morte
L’art et le beau permettent à des hommes " mis de côté " d’ouvrir un chemin de liberté. Le partage du savoir et de la culture transforme la vie dans une prison (...)